AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
« Under construction »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 15/09/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 4
♛ JE RESSEMBLE À : Harry Lloyd
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Elfe Noldo - Calaquendi
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : Près de 7.000 années. J'ai vu le jour à Tirion, capitale des Noldor en Valinor
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Capitaine de la garde d'Imladris et conseiller du Seigneur Elrond
♛ MON AFFILIATION EST : Aux Valar et aux peuples libres de la Terre du Milieu
♛ JE CRÉDITE : tumblr & snape

MessageSujet: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Ven 15 Sep - 18:38


Glorfindel

"Yellow flowers have fared thither and blow ever now about that mound in those unkindly places; but the folk of the Golden Flower wept at its building and might not dry their tears."


Pseudo : Il est nommé Glorfindel ("Cheveux d'Or") par la plupart des peuples de la terre du milieu ou Laurëfindilë par les rares elfes ayant vécus dans le royaume béni d'Aman et qui acceptent encore de parler le Quenya.
Race : Elfe Noldo - Calaquendi
Âge : Il a vu le jour il y a près de 7.000 années à Tirion, la capitale des Noldor en Valinor.
Date de naissance : 1.365 des Années des Arbres.
Parents : C'est un descendant des Hauts-Elfes qui acceptèrent de quitter les rives du Lac Cuiviénen pour se rendre en Valinor. Il est le descendant d'une maison de Hauts Princes dont il ne reste que peu de choses aujourd'hui
Armes : Glorfindel affectionne les armes de belles factures peu importe leur type. Il utilise cependant plus généralement une épée longue forgée à Gondolin ainsi qu'une masse d'arme. Il emploi moins régulièrement qu'on ne pourrait le penser les arcs longs et flèches même s'il en possède un.
Particularités : Ancien capitaine de Gondolin et seigneur de la Maison de la Fleur d'Or (Bar-en-lothglor). Il trouva la mort lors de la chute de la cité en 510 du Premier Age, ceci en tuant un Balrog qui l’entraîna dans sa chute. Après un séjour dans les cavernes de Mandos, ce dernier, ainsi que Manwë, l'autorisa à revenir en Terre du Milieu en 1600 du Second Age. Ses cheveux sont blonds dorés, chose plutôt rare pour un Noldo.
Groupe : Les elfes
Avatar : Harry Lloyd

Caractère
Il est vrai qu'après près de sept mille années à arpenter aussi bien les terres de Valinor que celles de la Terre du Milieu, on est en droit de se dire que Glorfindel est l’exacte réplique des Elfes peuplant encore certaines contrées de la Grande Terre. Cependant, il serait idiot de penser que tous les elfes sont identiques, de même que le moi profond des nains comporte de nombreuses différences et déclinaisons. Ainsi si l'elfe à la chevelure dorée apparaît comme un être très difficile d'accès voir même totalement fermé quand on le rencontre pour la première fois, il en va d'une toute autre manière. Certes, Glorfindel est de ces elfes qui sont attachés à leurs coutumes et leurs traditions, il est de ceux qui sont mesurés dans leurs propos, réfléchis et d'une grande tolérance. Mais il sait aussi se révéler bien plus juvénile que son grand âge ne pourrait le laisser pressentir, toutes proportions gardées. Et pour cause, on ne saurait se montrer d'une grande sagesse sans une pointe de curiosité. Ainsi donc, l'Eldar est d'un naturel curieux, et quand on approche les 7000 années, autant dire qu'il pourrait devenir compliqué d'étancher cette soif. Pourtant, les choses simples sont souvent les meilleures selon lui, un fait lointain qui revient à ses oreilles l'intéressera tout autant qu'une nouvelle et grande découverte capable de changer la face du monde. Les affres par lesquels pourraient passer les personnes de son entourage sont aussi particulièrement intéressantes pour lui. Il aime s'intéresser à ceux et celles qui l'entoure, pas de façon malsaine bien entendu. Tout comme il n'est pas invasif concernant son entourage. Néanmoins, petites et grandes histoires trouveront oreille attentive en sa personne, libre à lui ensuite de faire le tri dans ce qu'on lui contera.

Cette soif de savoir et de découverte dont la source ne semble pas vouloir se tarir lui pose parfois quelques menus soucis et bien qu'anecdotiques, il est cependant important de le noter. Ainsi l’isolationnisme des elfes à tendance à rentrer en conflit avec son envie incessante de vouloir toujours plus découvrir. Il n'en dira jamais rien, persuadé qu'il ne sert à rien de noter un point dont tous sont au fait mais la vérité est là. D'un autre côté, il est aussi tout à fait  conscient que cette forme d'isolationnisme est un mal nécessaire. Glorfindel aime son peuple, de manière générale on pourrait même dire qu'il apprécie chaque elfe à sa juste valeur. Mais il apprécie aussi grandement les autres peuples et déplore de ne pouvoir être plus souvent a leur contact. Bien qu'ayant parcouru les âges, il reste persuadé qu'il lui reste encore nombres de choses à découvrir et si, lui-même, à tendance a ne pas trop s'éloigner des cités elfiques et en particulier de Fondcombe, il ne cache pas son envie d'allé voir ce qu'il se passe à côté. Ne dit-on pas que l'herbe est toujours plus verte ailleurs ? Mais tout ceci tient de l'ordre du détail, Glorfindel sait apprécier ce qu'il a à sa juste valeur, nul besoin de se perdre en conjecture ni en questionnements incessants. Les périodes où il est temps de penser de façon cartésienne sont assez nombreuses comme ça et semble revenir au fil du temps de manière redondante.

Réfléchis, il est de nature à tout ranger strictement dans des compartiments. Ainsi, si il sait faire preuve d'une grande gentillesse et de bienveillance à l'égard des autres. Il est des heures ou la sympathie à ses limites. Glorfindel est un elfe d'un naturel joyeux, il pourrait même donner l'impression d'une certaine forme d’insouciance, mais il ne perd jamais de vu ses objectifs. Ainsi, une requête peut rapidement sonner comme un ordre quand les circonstances sont réunies. Deux poids, deux mesures donc, mais on ne devient pas ce qu'il est sans un minimum de fermeté. Après tout, il n'a pas été capable de mener des armées simplement parce qu'on l'appréciait. Mais bien parce qu'il est capable d'insuffler ce sentiment de courage et de devoir dont il fait lui-même preuve. Sa loyauté est d'ailleurs sans failles et nul ne saurait l'ébranler, l'elfe est bien trop droit pour perdre de vue ce qui l'a mené ici et les raisons de son retour en Terre du Milieu. Quoi qu'on en dise, aussi sympathique soit-il, il n'est pas de bonne augure de le contrarier quand les choses commencent à se compliquer.

A bien des égards, c'est un homme franc, si quelque chose ne lui plaît pas, il le fait savoir et sa voix, aussi mélodieuse soit-elle,  peut-être aussi tranchante qu'une arme forgée à Gondolin. C'est une manière plus soignée de dire qu'il n'a pas sa langue dans sa bouche. Certes, il ne tiendra pas la bavette à n'importe qui, de même qu'il ne se montrera jamais arrogant ou condescendant. Il n'empêche que s'il a une idée, il la donne. La question de savoir si elle est judicieuse ou non ne se pose pas. Après tout, c'est en discutant que l'on peut-être capable de faire avancer les choses et toutes propositions lors d'un échange est la bienvenue. Du moins, est-ce là sa manière de voir les choses. Qu'on approuve ou non n'est pas réellement important. Glorfindel traite chacun de la même manière, riches et puissants sont rangés au même niveau que tous les autres. Il ne fait aucune distinction, principalement parce que tous sont avant tout des êtres vivants. Et pour lui, chacun mériterait d'avoir le droit d'apporter sa pierre à l'édifice à sa propre échelle.  

Mais ce n'est pas son comportement dans la vie de tous les jours qui permet aux gens de mesurer les qualités et défauts de cet elfe. Certes ça en fait une bonne partie et l'on peut, ou non, apprécier sa façon d'être particulièrement simple pour quelqu'un de son rang. Il ne faut cependant pas négliger que Glorfindel est aussi un Seigneur Elfe qui à maintes fois brillé sur un champ de bataille. Nombre sont ceux qui en ont très certainement entendu parler. Pourtant, il ne semble pas être particulièrement touché par les sentiments que ces faits pourraient susciter. Glorfindel est une personne humble, il n'accorde aucune importance à ce que l'on pense de lui. Et si sa simplicité lui vaut souvent d'être apprécié, il ne s'intéresse pas vraiment à ces faits. Avant d'être un Elfe, il est aussi un puissant combattant. Son côté guerrier révèle toutes sa grandeur quand il se retrouve au cœur d'un combat. Et, n'en doutons pas, tout combat est important et mérite une grande attention que ce soit un simple entraînement ou une guerre ou les corps s’amoncellent sur le sol. Rien ne peut être laissé au hasard. Analyste et fin stratège il sait qu'une décision, aussi minime soit-elle, peut influencer le court des événements. Et il n'est pas toujours aisé de savoir quelle action serait la meilleure. Agir simplement à l’instinct relève de la pure bêtise mais passer des heures à chercher la meilleure option est tout aussi suicidaire... Et, c'est sûrement dans ces instants qu'il révèle enfin toute sa sagesse, toute cette puissance qui semble scellée la plupart du temps.

Histoire

« Plusieurs lunes avaient été nécessaires afin que l’on traverse le détroit d’Helcaraxë suite au Serment de Feänor de poursuivre quiconque possèderait l’un des Silmarils volés. Et alors que nous marchions sur la banquise embrumée après la trahison de celui que nous avions suivi, nous ressentions au loin, les flammes dansantes qui montaient des navires Teleri, brûlés afin qu’ils ne reviennent pas nous chercher. Beaucoup d’entre nous perdirent la vie durant ce voyage, l’hostilité de cette terre finissant par briser les esprits et les corps, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, autour de nous les rangs se clairsemaient alors que sous nos pieds ne résonnaient que les craquements de la glace malmenée par la Mer Circulaire. Nous suivîmes Turgon ou bien encore Fingolfin, et bien que Finarfin fît demi-tour après le massacre de nos pairs à Aqualondë, aucun d’entre nous ne pensa plus à rebrousser chemin pour demander le pardon des Valar. À contrecœur, nous nous étions engagés à suivre Feänor et ses fils et par respect et fidélité pour ceux qui restaient, nous regardâmes silencieusement les âmes disparaitre autour de nous. Amis, femmes, enfants ; les pertes furent nombreuses avant que le premier lever du Soleil nous accueille en Terre du Milieu. »

Glorfindel releva la tête du parchemin, cessant le grattement incessant de la plume sur le papier pour rédiger un rapide texte qui rejoindrait bientôt le reste des archives de Gondolin ; mémoires d’un Noldo parmi tant d'autres. De la fenêtre à sa gauche d’où filaient de fines bandelettes d’eau, il pouvait apercevoir les rues pavées de la Cité Cachée dans la pierre. La pierre blanche et le marbre de ses courbes se reflétant dans les myriades de fontaines qui parsemaient les places. Il était loin, à présent, le temps où les Noldor avaient quittés Tirion pour se rendre en Terre du Milieu et nombres des enfants nés après ce jour n’apercevraient plus les beautés d’Aman et de la brèche de Calacirya qui leur avait permit de vivre sous les étoiles. Au loin dans son esprit résonna la prophétie de Mandos et la malédiction des Noldor. En ayant ainsi quittés le pays D'Aman, ils étaient à présent condamnés à un exil sans fin loin de Valinor.

Sous l’égide de Turgon et des onze maisons de Gondolin, les elfes de la cité prospéraient et si, au départ  ils s’étaient d’abord tournés vers la défense de la plaine environnante et des remparts, quelques années plus tard nombreux étaient ceux qui s’intéressaient plus aux arts et à la science des pierres. Loin de Morgoth et des rumeurs de ses guerres, les Noldor de Gondolin semblaient s’inquiéter de bien peu de choses. Et si, toujours dans un coin de leurs esprits, ils gardaient en tête le vieux serment de Feänor et la peur que pouvait leur inspirer le Noir Ennemi, ils se savaient assez en sécurité ici pour pouvoir continuer leur vie.

Glorfindel aurait pu se marier à cette époque, bien avant la bataille des Larmes Innombrables ; bien avant que des Hommes, Hurin et Huor ne trouve la cité aux eaux chantantes. Mais l'Eldar se considérait comme trop jeune et la recherche d'une âme soeur, de celle qui partagerait le reste de sa vie n'était pas au centre de ses priorités. Lors du massacre des Teleri, il en avait vus des femmes et des maris mourir, laissant derrière eux le survivant. Beaucoup ne s'en était jamais totalement remis et les circonstances étaient telles qu'il ne pouvait se résoudre à céder à cette sensation. Il vivait pour sa cité, pour les Gondothlim qui la peuplait et les gens de sa maison. Pour lui, sa propre personne passait en seconde position et si certains elfes ressentaient ce besoin de se lier, ce n'était pas son cas.
Et tout resta ainsi durant de nombreuses années. Gar Ainon, la Place des Dieux vibra encore longtemps sous le chant des Elfes. Malgrè les rumeurs à l'extérieur, c'était une époque heureuse, presque paisible ; bien loin de ce qui pouvait bien se passer à l’extérieur et il fallut attendre encore plusieurs années avant que les Noldor de Gondolin acceptent de poser un pied hors de leur ville qui finit presque par égaler la beauté de celle de Tirion.

De toutes ces années passées en Terre du Milieu, ce furent sûrement celles qu'il appréciât le plus. Bien qu'à la tête d'une des douze maisons noble de la cité, Glorfindel n'en oubliait pas sa simplicité, il aimait à se promener dans les rues sans but précis, arpentait la cité à la recherche de ses habitants et des rencontres qu'il pourrait y faire. Ces instants de bonheur aussi simples soient-ils étaient sans aucun doute possible ce qu'il préférait le plus. Au fil du temps, loin devenait le souvenir de son départ de Valinor. Bien que présent, il semblait s'estomper peu à peu au fil des lunes qui défilaient. Glorfindel aurait pu rester ainsi, dans cette sorte d'insouciance qui lui permettait de partager ses instants de vie avec ses proches.

Mais le monde change, toujours et imperceptiblement. Que l’on ferme ses yeux ou se bouche les oreilles ; ce qui est caché ne peut le rester…
Peut-être aurait-il été plus sage d'ignorer ces changements, de se complaire dans l'ignorance pour faire taire ces voix qui n'annonçaient qu'un avenir incertain. Mais les envies d'un être ne peuvent effacer ce qu'il est réellement, plus les années passaient et plus sa loyauté envers Turgon s'était accentuée. Et le monde change, il change toujours. Et vêtement de tissus richement décorés laissèrent place à une armure luisante et à des armes nouvellement forgées.

***

« Il fallut de nombreuses paroles et de nombreux jours de négociation avant que la Maison du Roi n’accepte d’envoyer de l’aide à l’extérieur de la ville. Nous ne participâmes pas à la première bataille, restant en retrait pendant que les autres troupes armées se démenaient avec les orques de Morgoth. Le sang, les cris et les larmes imprégnaient l’air d’une odeur de fer et d’une aura de douleur ; nous ployâmes sous le nombre, fûmes dispersés lors de la retraite et, bien avant que l’armée de Gondolin n’entre dans la bataille, nous savions d’ores et déjà qu’elle était perdue. Accompagnés d’hommes et de femmes d’armes, archers ou non, la Maison de la Fleur d’Or et quelques autres, eurent pour charge de couvrir les arrières des troupes restantes afin qu’ils puissent partir sans que les pertes ne soient plus grandes. L’acier hurla, s’entrechoqua et dansa presque frénétiquement alors que les flammes faisaient rougeoyer les lames ensanglantées. Nous ne perçûmes que tard les propres faiblesses de ceux que nous étions venus aidés ; Fingon tomba sous le poids d’un Balrog. Et la terre en pleura ; nous avions perdus, venus pour aider nous nous étions fait acculés ; forcés de défendre la dernière ligne dans l’espoir d’en sauver le plus grand nombre. Nírnaeth Arnoediad… La bataille des Larmes Innombrables où les maisons de Gondolin tentèrent de tenir les lignes défensives alors que l’espoir semblait disparaitre. »

Le souvenir de cette bataille lui fit une nouvelle fois redresser la tête, observant le soleil qui déclinait entre les montagnes escarpées qui entouraient Gondolin.
Nírnaeth Arnoediad… Un nom gravé dans sa mémoire alors qu’il voyait les soldats mourir sous ses pas, sous des ordres qui n’avaient plus de formes et encore moins d’importance face à la situation désespérée à laquelle ils faisaient face. La nuit fut longue ce soir-là, et les chants des elfes de la Maison de la Fleur d’Or résonnent encore entre les hauts arbres et les tours d’albâtre. Première étape, sûrement, qui marquerait un jour la chute de Gondolin. Glorfindel baissa la tête et ses lèvres se mirent à bouger, murmures mélodieux qui s’évaporèrent dans le crépuscule. Le Capitaine de Gondolin chantait une nouvelle fois pour les elfes disparus, peut-être aurait-il mieux valu que jamais un Gondothlim ne mette un pied hors de la cité. Alors, sûrement, aurait-elle pu restée cachée à jamais au coeur de la montagne. Peut-être que les forges résonneraient encore du bruit du métal sculpté par le peuple... Mais la chute n'était plus très loin, ceci n'était que les prémisses d'une fin qu'on chanterait pendant de nombreux ages...

« Nous avions été prévenus mais d’aucun ne voulut écouter. Turgon fit la sourde oreille et les chefs des onze maisons finirent par faire de même. Moi aussi… Nous ne pouvions imaginer que Morgoth découvre un jour notre cité, nous ne pouvions imaginer que notre chute viendrait aussi simplement, nous étions armés ; nous avions passé ces dernières années à construire assez de flèches et d’armes pour nous protéger, nous étions en paix bien qu’un souvenir de guerre nous revint parfois à l’esprit… Nous avions été prévenus et pourtant, Gondolin tomba… »

Ces lignes furent les dernières qu’il n’écrivit jamais concernant la Chute de Gondolin et par là même, celle de la Maison de la Fleur d’Or.

Aujourd’hui encore, l’écho du sac de la cité vrille son esprit ; il revoit les hommes armés se lancer dans la plaine en dessous des remparts, les archers enflammer leurs flèches pour protéger ces dernières et le peuple qui y vivait. À présent au nombre de douze, les Maisons de Gondolin cessèrent une à une leurs activités et s’armèrent aussi vite qu’elles le purent. Les Gondothlim -Glorfindel compris- complètement pris par surprise, observèrent les portes de la ville tomber les unes après les autres avant qu’une marée d’Orcs, de Gobelins, de loup et de Balrogs ne s’élance entre les édifices argentés.
Etait-ce là, la réalisation de cette vieille prédiction ? Etait-ce là le jour qui verait la fin de tous les Noldor de la Terre du Milieu ?

A cet instant, l'horreur aurait pu se peindre sur son visage alors qu'elle emplissait déjà son cœur. Un tourbillon de questions avait vrillé son esprit alors qu'il avait attendu la décision du Roi des Noldor durant son conseil improvisé. Résister ou fuir ? Quelle était la meilleure option, celle qui leur permettrait de perdurer ? Il cessa de tergiverser lorsque Turgon donne ses ordres et le soldat repris sa place, laissant l'Elfe de côté pendant les heures de bataille qui s'en suivirent. Il fallait tenir. Un regard vers les autres dirigeant des Maisons de Gondolin et sa décision fut prise. Il tiendrait quel qu'en soit le prix. On pourrait déverser autant d'Orcs que possible dans la cité, jamais elle ne tomberait. Armé de courage et entouré des meilleures hommes d'arme que sa Maison pouvait compter, Glorfindel alla prendre position sur la place du marché. Cet endroit d'ordinaire si joyeux et qui lui ravissait les sens devint bientôt un champ de ruines. Ils furent vaillants ceux qui tentèrent comme lui de faire reculer les lignes ennemis, des heures durant l'acier cria. Mélodie aux couleurs noircies par le sang des orcs, tristesses des lames lorsqu'un elfe tombait. Glorfindel voyait sa maison réduite en cendre et les renforts ne venaient pas. Abandonnés ici, seuls, ceux qui restaient semblaient perdre espoir devant cette débâcle. Nombres d'orcs périrent, aussi nombreux furent les elfes avant qu'enfin un soutient ne soit apporté. Ici déjà, il ne restait plus grand chose de cette Noble Maison et rien ne s'arrangea. Se retirant du champ de bataille, Glorfindel tenta de sauver ceux qui restaient en retournant plus au centre de la cité, son armure rougie par le sang. Autour de lui des corps, et encore des corps, toujours plus. Comme si les orcs ne suffisaient pas, un dragon achevait le travail. Réduisant à néant ses espoirs de sauver la cité. Ils auraient peut-être dus partir … Fuir...

La ville tomba, aussi simplement qu’elle eut été érigée, elle sombra sous le poids des orques. Les rues retentirent des cris affolés des enfants et de ceux qui ne pouvaient se battre. Maintenant, l’horreur accepta enfin de se peindre toute entière sur le visage de Glorfindel ; nouvelle compréhension que sans doute rien ne pourrait être sauvé. Les flammes léchaient déjà les plus hautes tours, les arbres se desséchaient et la cendre retombait dans les fontaines, rendant l'eau noire et boueuse. Fuyant devant l’ennemi, laissant derrière eux la ville, le calme et la plénitude, oubliant les chants qui quelques heures auparavant montaient encore entre les rideaux d’eaux et les pierres ; Chaos. Un chaos dont peu de gens finirent par réchapper, un chaos qui signa la mort de nombreuses personnes et leur voyage vers les cavernes de Mandos ; la prophétie résonna même dans certains esprits à mesure que la peur emplissait les cœurs…

Ayant prit la décision de battre en retraite après des heures de luttes, il abandonna là les corps de bon nombre d'Elfes ; les portes de Gondolin avaient cédées les unes après les autres jusqu’à la porte d’Or et ceux qui résistaient encore savaient le lieu perdu. Et le Roi chu lui aussi, laissant un peuple à l'abandon dans une cité en ruine. Ne restait plus qu’une solution pour les rescapés, fuir devant la horde vers Cirith Toronath, la faille des Aigles. Bien que son cœur fût empli de tristesse et sa volonté vacillante, il ne put que se résoudre à protéger ce qui restait de son peuple. Loin d’être seul, la bravoure, le courage et la bienveillance de nombreux elfes furent mise à contribution ce jour-là. Ceci permettant aux plus jeunes et aux plus rapides de s’échapper en masse. Car le Noir Ennemi, dans toute son ingéniosité et sa cruauté avait encore laissé nombre de dangers cachés…

Glorfindel aux Cheveux d’Or, Seigneur de la Maison de la Fleur d’Or tomba lui aussi en ce funeste jour, face à un Balrog qui n’attendait qu’une chose : que les fuyards arrivent. Armé d’une masse d’arme et d’une simple épée, il engagea le combat pour permettre aux autres de fuir. Si peu nombreux qu’ils étaient, son cœur ne pouvait se résoudre à tous les laisser périr… Ils avaient été prévenus, des années et des années auparavant, ils avaient été prévenus. Ce fut, sans doute, la dernière chose qui lui traversa l’esprit avant que le fouet du Balrog ne lui cingle une dernière fois la peau avant que son propriétaire ne tombe dans le vide. Il l’y suivit, tuer et être tué, le sacrifice d’une personne pour en sauver des milliers, la guerre est une chose affreuse qui ne fait pas de quartier… Ainsi seulement, son esprit put rejoindre les Cavernes de Mandos.

***

Son esprit resta de longues années à errer dans les Cavernes de Mandos, rêvant inlassablement de ses actions passées. Songeant toujours à ce qu'il avait perdu mais aussi à ce qui avait pu être sauvé. Glorfindel n'avait jamais vraiment approuvé l'exil des Noldor mais il était trop loyal envers Turgon pour faire demi-tour, il avait assisté impuissant au massacre des Teleri lors de ce départ, déplorant la mort d'autant d'Elfes sans qu'il ne put y faire quoi que ce soit. En son esprit naviguait la beauté de Gondolin, les visages de ceux qu'il avait aimé. Il revivait en rêve ses pires souffrances, l'horreur des derniers instants et l'espoir que certains pourraient s'en sortir vivants. Entre torture et doux instants, il ne sait réellement combien de temps il a passé en ces Cavernes, ni même en quelle proportion il a rêvé de tel ou tel fait. Sa vie physique aurait dû s'achever ici. Le Noldo exilé aurait dû séjourner bien plus longtemps dans les Cavernes de Mandos, l'interdit des Valar l'empêchant de revenir en Valinor avec un corps. Cependant, ce ne fut pas l'avis de Manwë. Après que Glorfindel eut purgé sa peine dans les cavernes et expié son péché de trahison envers les Valar, il fut autorisé à les quitter dans le corps qui fut jadis le sien. Lors de la chute de Gondolin, il avait périt en ayant l'espoir que les autres pourraient survivre, il avait tout mis en œuvre pour que ce qui restait du peuple et de sa maison puissent continuer vers l'avant. Il sacrifia sa vie pour la survie du plus grand nombre... Et on le lui rendit bien. Revenu à l’innocence des premiers elfes, Glorfindel vécu pendant une grande partie du Second Âge en compagnie des Maiar.

Loin semblait pour lui la chute de Gondolin. Une mémoire qu'il gardait certes et dont les douleurs revenaient parfois mais dans une moindre mesure. Les Cavernes de Mandos avaient fait leur office et ce qui aurait pu être insurmontable pour un Homme semblait lui glisser dessus comme de l'eau. Sa vie continuait, bien que sa maison fut presque totalement détruite et tous ses proches enfermés dans les Cavernes, sa vie reprenait.

De son passage avec les Maiar, il garde de nombreux souvenirs et sa soif de savoir se révéla, pendant longtemps, complètement étanchée. Parcourant les terres de Valinor, il apprit à redécouvrir le pays dont il avait jadis été exilé et les rencontres qu’il y fit marquent encore sa mémoire. Il se souvient notamment d’avoir passé de nombreuses nuits sous les étoiles en compagnie d’Olorin, plus connus en Terre du Milieu sous le nom de Gandalf, échangeant simplement des mots qui déclenchèrent en lui un grand respect pour l’Istari. Et jamais, à cette époque, il n’avait pensé être un jour renvoyé en Terre du Milieu. Cette idée lui était totalement hors de portée et ne traversait même pas son esprit. Jamais il ne s'était posé la question, jamais il n'avait vraiment eu à s'en soucier. Pour lui, il avait reçu la grace d'un Valar, sortant des Cavernes plus tôt que les autres et il n'avait plus qu'à attendre. A vivre son immortalité.

« Et là encore, la Terre ressentit les méfaits de la Guerre. »

Le Second Age s'avançait maintenant en Terre du Milieu. Et comme une sombre et inlassable répétition, des menaces continuaient de se lever. Elles furent lentes et douces ces années à Valinor alors qu'il en redécouvrait les contours. Mais au loin, des rumeurs revenaient aux oreilles des Valar. Des rumeurs qui ne purent être ignorées plus longtemps. Un mal se dressait à nouveau en Terre du Milieu et de l'aide avait été demandé à Numenor.
Et alors que Sauron forgeait l'Anneau Unique dans sa forteresse de Baradh-dûr, Glorfindel fut renvoyer en Terre du Milieu comme émissaire des Valar. Ainsi revint-il, il traversa une nouvelle fois cette mer qui vit périr tant des siens afin de renforcer l'alliance d'Elrond et Gil-galad. La guerre revenait sur lui comme elle en était partie et la terre qu'il avait laisser lors de sa chute au cours de la prise de Gondolin sembla vouloir se rappeler à lui. Pourtant, jamais il n'oublia la mission qu'on lui avait confié ni même les raisons qui avaient poussées à son retour. Glorfindel tenait lieu de héro pour ce qui restait du peuple de Gondolin, son sacrifice avait permis la réalisation de certains souhaits des Valar et des descendances avaient pu naître grâce a lui. Alors peut-être, que ce renvoi en Terre du Milieu tenait plus du cadeau que de la punition et il s'attela sans mot dire à la tâche.

Eregion s'effondra comme nombre d'autres lieux avaient pus tomber jusque là et les batailles menées semblaient bien vaines face a la puissance de l'ennemi. Pourtant, rien n'aurait su le départir de sa mission. Et il assista les puissants de cet age dans l'ombre pendant de nombreuses lunes jusqu'à ce, qu'enfin, Sauron soit détruit. De même que Gil-galad et Elendil. L'Alliance des Hommes et des Elfes semblait avoir rempli une bonne partie de son office et Glorfindel entreprit de s'installer définitivement à Imladris aux côtés du Seigneur Elrond. De longues années durant il avait officié sur les routes, se rendant là où on lui demandait d'aller, là où on pouvait prétendument avoir besoin de lui mais rien ne remplace jamais vraiment un foyer. Conscient que son temps en Terre du Milieu n'était pas encore totalement révolu et qu'on pourrait, un jour prochain, avoir besoin de ses services une nouvelle fois.

Avec la Chute de Sauron, vint la fin du Second Age, la fin de voyages incessants par monts et par vaux ; un peu de calme et de répit, d'aussi courte durée soit-il. Car il semblerait, réellement, que le mal n'ait jamais de fin, ni de cesse d'ourdir de nouveaux stratagèmes afin de corrompre tout être vivant à la surface de cette terre. Au fil des ages, on est en droit de se dire qu'une certaine lassitude aurait pu s'installer en lui. Une envie pressante que tout finisse bientôt pour qu'il puisse définitivement retourner à Valinor, oui, on pourrait le penser. Et peut-être y a t'il déjà songé lui-même durant cette période de paix qui voyait s'avancer le Troisième Age.

Retrospectivement, il ne saurait dire, vraiment, si le rôle qu’il a joué durant toute cette période a été réellement important. L’idée même de se poser la question étant hors de propos. Mais il sait avoir fait tout ce qui était en son pouvoir. Voyageant longuement sur les terres des Hommes et des elfes afin de dispenser conseils quand cela était nécessaire, il participa aussi à de nombreuses batailles, offrant un peu de son expérience à chaque fois. Lorsque Elrond fonda Imladris, c’est presque naturellement qu’il le suivit, comme si ses pas le guidaient en cette direction, mettant fin à des années de voyage parmi les peuples elfes. C’est de là-bas qu’il observera la chute de Numenor avant de se déplacer une nouvelle fois lors de la fondation du Gondor. De loin en loin, son savoir et sa sagesse lui permirent de participer aux discussions concernant l’alliance des Hommes et des elfes, il observa dans les rangs armés à la chute de Sauron et alors que les elfes entreprirent de partir vers Valinor, il resta ; persuadé que son travail ici n’était peut-être pas tout à fait terminés. Une nouvelle fois il retourna à Fondcombe. Pied à terre salvateur après tant de voyages incessants.

***

Ainsi, des siècles entiers passèrent sans qu’il ne quitte vraiment Imladris, gardant cependant toujours un œil sur les nouvelles du monde. Gondolin bien que cachée dans les montagnes était tombée et bien que son amour pour son ancienne cité ne l’ai jamais vraiment quittée -tout comme celui qu’il avait pour les gens qui y vivaient-, il considérait maintenant cette région comme sa véritable maison. D’aucun disait que Gondolin ne serait jamais tombée si des Hommes n’en avait pas trouvé le Chemin. Peut-être est-ce vrai, peut-être que si les événements c’étaient imbriqués différemment, le monde n’aurait pas été submergé et les Noldor y seraient peut-être toujours, vivant sous le chant des eaux des fontaines… Mais jamais ses évènements ne furent de son ressort. Et si il faut avouer que la nostalgie se rappel parfois à lui, il ne se résout pas à ce qu'elle l'étouffe plus que de raison. Les Elfes bénéficient d'une longue vie, d'une vie qui leur permet toutes les analyses possibles et se complaire dans la tristesse comporte d'autant plus de risque.

Témoin inlassable de la sournoiserie du mal. Elfe semblant figé dans le temps, suspendu aux batailles comme si elles faisaient parties intégrantes de lui. Et peut-être est-ce réellement le cas. Questionnement, là encore, qui ne trouve que peu d'écho dans son esprit. Et l'instant fatidique revint. Ce moment où le Noir se soulève comme pour engloutir le monde, ou des flots d'orcs se déversent sur les terre. Et inlassable, presque immuable, Glorfindel est toujours là, se dressant une nouvelle fois devant se mal près à ronger la Terre pour n'en laisser que des cendres.

« Il ne reviendra pas sur cette terre. Son destin est loin d’être accompli, et il tombera, mais ce ne sera pas la main d’un Homme qui l’abattra ! » - QUOTE GLORFINDEL, LE SEIGNEUR DES ANNEAUX

Tels furent ces mots lorqu'il rejoint Eärnur devant le roi sorcier d'Angmar. Il ne saurait dire si le soucis que lui causa cette guerre était uniquement dû au sentiment que lui inspira cet homme. Jamais il n'avait senti autant de haine mêlé d'humiliation. Certes, la bataille fut gagnée, le Roi-Sorcier s'étant éclipsé au moment de son entrée sur le champ de bataille. Le courroux qu'il avait alors ressenti devant ce massacre s'était entièrement déployé a la simple vision du Roi-Sorcier. Mais le visage d'Eärnur au moment de son humiliation lui causa bien plus de soucis que la fuite de l'ennemi. Un soucis qu'il a longtemps traîné avant de pouvoir enfin l'oublier. Un visage qui, malgré les temps passé, reste cependant dans sa mémoire.

Et encore une fois, le cycle repris. Après la bataille de Fornost, et cette étrange révélation faite à Eärnur, Glorfindel retourna à Fondcombe pour continuer d'épauler Elrond en cas de besoin.
Et de la chute du Roi-Sorcier en 1974 du Troisième Age jusqu'à aujourd'hui, Glorfindel a pu observer à loisir les mouvements du monde. Incessantes guerres qui balayent la Terre du Milieu pendant que les ombres dorment et s'éveillent tour à tour. Pas un siècle sans qu'une nouvelle ne vienne bouleverser le cours des évènements. Minas Ithil fut renommée Minas Morghul après qu'elle eut été capturée par les Nazgûls, Osgiliath s'effondra sous le poids des Uruk-hai.
A nouveau le monde se remettait à trembler un peu plus à chaque instant, jusqu'à ce que les rumeurs d'un compagnie de nain arrive jusqu'à Imladris. Thorin Ecu-de-Chêne souhaitait reprendre Erebor, menaçant par la même les peuples qui entouraient la montagne solitaire. Glorfindel ne sut à l'époque si c'était pure folie mais il n'en dit jamais rien. Mieux valait qu'Erebor soit entre les mains des nains plutôt qu'à celles de l'ennemi. Mais l'ombre ne subsiste pas toujours, des Royaumes purent être fondés durant cette période et si la disparition de certains laissaient un goût incertain dans la bouche, c'était là la preuve dont tous avaient besoin.
Aussi longtemps que l'ennemi se dresserait, il resterait des nains, des hommes et des elfes qui trouveraient le moyen de lui faire rempart. Il ne faut jamais négliger la force d'anciennes alliances, surtout quand l'ombre s'insinue à nouveau dans les esprits et dans les cœurs.  

Et il en sera ainsi, encore et toujours, jusqu'à ce qu'une nouvelle menace se dresse et qu'il ne reprenne la route. Interminable cycle qui pourrait bien se répéter plus tôt que prévu alors que des murmures lui reviennent maintenant aux oreilles... Le monde change, toujours mais dans son changement il semblerait que seul le passé importe.


black pumpkin



Derrière l'écran
Pseudo : Nam / Anhkara
Prénom : Elza
Âge : 31
Qu'avez-vous trouvé dans le règlement ? : mon courage.
Fréquence de connexion : 2/7
Commentaires : Forum qui m'a l'air bien sympathique ma foi, j'espère qu'il grandira doucement mais surement afin que le rp puisse se développer

_________________
BAR-EN-LOTHGLOR
"Yellow flowers have fared thither and blow ever now about that mound in those unkindly places; but the folk of the Golden Flower wept at its building and might not dry their tears."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Archer« WILL YOU HAVE PEACE OR WAR ? »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 02/04/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 42
♛ JE RESSEMBLE À : Luke Evans
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Humain
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : 42 ans
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Roi de Dale
♛ MON AFFILIATION EST : Neutre
♛ JE CRÉDITE : Schizophrenic

MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Sam 16 Sep - 21:15

Mais quel excellent choix d'avatar ! Harry Lloyd
Hum..
Je te souhaite la bienvenue parmi nous, et bonne chance pour la rédaction de ta fiche Si tu as la moindre question, n'hésite pas

_________________


If you awaken that beast, it will destroy us all !
And my men and all their weapons are as one with yours! Together we will vanquish the fell foe. ©️ Lilie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Under construction »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 15/09/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 4
♛ JE RESSEMBLE À : Harry Lloyd
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Elfe Noldo - Calaquendi
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : Près de 7.000 années. J'ai vu le jour à Tirion, capitale des Noldor en Valinor
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Capitaine de la garde d'Imladris et conseiller du Seigneur Elrond
♛ MON AFFILIATION EST : Aux Valar et aux peuples libres de la Terre du Milieu
♛ JE CRÉDITE : tumblr & snape

MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Dim 17 Sep - 3:50

Haha, je vois qu'Harry Lloyd à toujours quelques fans.
J'avoue que je ne voyais pas d'autre personnalité pour incarner papy Glory. Je trouve que c'est un visage qui lui va bien (puis j'avais la méga-flemme de chercher un autre acteur grimé en blond )
En tout cas merci de l'accueil et, pour information, je pense avoir terminé la fiche :3
Dites moi si quelque chose ne convient pas, je prendrais le temps de modifier :p


_________________
BAR-EN-LOTHGLOR
"Yellow flowers have fared thither and blow ever now about that mound in those unkindly places; but the folk of the Golden Flower wept at its building and might not dry their tears."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« In a hole in the ground, there lived a Hobbit »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 02/04/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 17
♛ JE RESSEMBLE À : Elijah Wood
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Hobbit
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : 17 ans
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Aucun métier pour le moment
♛ MON AFFILIATION EST : Les Hobbits vivent coupés du monde, Frodo ne connait rien des différentes forces qui s'affrontent au-delà de la Comté
♛ JE CRÉDITE : Emmett et tumblr

MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Dim 17 Sep - 15:00

Waouh un elfe

Bienvenue parmi nous

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Under construction »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 15/09/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 4
♛ JE RESSEMBLE À : Harry Lloyd
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Elfe Noldo - Calaquendi
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : Près de 7.000 années. J'ai vu le jour à Tirion, capitale des Noldor en Valinor
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Capitaine de la garde d'Imladris et conseiller du Seigneur Elrond
♛ MON AFFILIATION EST : Aux Valar et aux peuples libres de la Terre du Milieu
♛ JE CRÉDITE : tumblr & snape

MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Dim 17 Sep - 15:06

Merci bien jeune hobbit !

_________________
BAR-EN-LOTHGLOR
"Yellow flowers have fared thither and blow ever now about that mound in those unkindly places; but the folk of the Golden Flower wept at its building and might not dry their tears."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« It is in Men that we must place our hope »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 10/09/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 12
♛ JE RESSEMBLE À : Clive Standen
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Humaine
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : 32 ans
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Guerrier
♛ MON AFFILIATION EST : Le roi sous la montagne
♛ JE CRÉDITE : Giphy

MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Mer 20 Sep - 18:50

Soit le bienvenu et au plaisir de se croiser en TdM bientôt
(désolé pour le retard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Under construction »
avatar


♛ J'AI SIGNÉ LE CONTRAT LE : 15/09/2017
♛ ET J'AI POSTÉ : 4
♛ JE RESSEMBLE À : Harry Lloyd
♛ J'APPARTIENS À LA RACE : Elfe Noldo - Calaquendi
♛ JE SUIS ÂGÉ DE : Près de 7.000 années. J'ai vu le jour à Tirion, capitale des Noldor en Valinor
♛ JE SUIS ACTUELLEMENT : Capitaine de la garde d'Imladris et conseiller du Seigneur Elrond
♛ MON AFFILIATION EST : Aux Valar et aux peuples libres de la Terre du Milieu
♛ JE CRÉDITE : tumblr & snape

MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   Ven 22 Sep - 8:39

Merci

_________________
BAR-EN-LOTHGLOR
"Yellow flowers have fared thither and blow ever now about that mound in those unkindly places; but the folk of the Golden Flower wept at its building and might not dry their tears."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Glorfindel ;; De Gondolin à Imladris - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Glorfindel Of Gondolin, L'envoyé des Valar
» Glorfindel de Gondolin le tueur de Balrog
» Glorfindel de Gondolin
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Glorfindel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Shadow in Middle-Earth :: Toutes les bonnes histoires méritent d'être enjolivées :: Les présentations-